historique.gif

L’histoire de l’agriculture québécoise est en grande partie celle de familles qui se sont transmis de génération en génération leur patrimoine. Celui-ci est appelé à se modifier et à s’épanouir dans le temps selon l’avancement technologique, les changements législatifs et sociétaux ainsi que les innovations apportées par les différentes générations d’agriculteurs et d’agricultrices.

grange

La ferme Ernest Fiset inc. est une ferme familiale, et ce, depuis deux générations. Avant les années 1950, la ferme du rang St-Ange était un ranch de renards appartenant à un riche Irlandais du nom de Burroughs. Ernest Fiset ainsi que sa femme Jeannette étaient alors employés par lui. Ernest occupait les fonctions d’employé de ferme alors que Jeannette était ménagère. Vers le milieu des années 1950, Burroughs vieillissant, celui-ci décida de vendre sa ferme à ses employés. C’est ainsi qu’en 1957 naquit la ferme familiale des Fiset. L’élevage de renards fut peu à peu remplacé par un troupeau de vaches laitières auquel se sont ajoutées diverses cultures maraîchères comprenant celle de la fraise. Après quelques années de production laitière, les Fiset ont été contraints de modifier leurs plans par l’annonce de la construction d’une route traversant leurs terres, appelée aujourd’hui le rang St-Ange. Le troupeau laitier est alors converti en élevage de bovins de boucherie et l’étable est reconstruite un peu plus à l’ouest des terres. Les profits générés par les bovins de boucherie, la fraisière et les autres cultures maraîchères ne sont pas suffisants pour faire vivre la famille de huit enfants. Ainsi, en plus d’être producteur, Ernest Fiset doit aussi occuper l’emploi de menuisier. C’est en 1979, que l’entreprise familiale est officiellement incorporée. Ainsi, la corporation nommée La ferme Ernest Fiset inc. achète l’entreprise de Ernest et de Jeannette Fiset. Avec ce changement de structure juridique, Ernest et Jeannette laissent graduellement la gestion de la ferme à leurs enfants et principalement à leur fils Laurent. Celui-ci s’établit avec sa femme Micheline Pépin sur le rang St-Ange. Ils construisent alors leur maison exactement où se situait l’ancienne étable.

 

vaches

Après l’enregistrement de la corporation, plusieurs changements majeurs se sont perpétrés sur la ferme. On abandonne tout d’abord les diverses cultures maraîchères afin de prioriser la production de fraises et l’élevage de bovins de boucherie. Étant donné la proximité du marché, l’accent est mis sur la cueillette libre des fraises plutôt que sur la vente par l’entremise d’un distributeur. On élimine ainsi plusieurs intermédiaires, car c’est le client lui-même qui va dans le champ pour cueillir son produit de consommation. Le contact direct avec l’agriculteur permet aussi au client d’acquérir une meilleure compréhension des réalités de la ferme. De plus, cela constitue une sortie familiale agréable à l’extérieur pour la toute la famille. En 1998, les propriétaires décident de diversifier leur production en plantant des griffes d’asperge. La casse des asperges se fait dans le dernier mois du printemps, tout juste avant la saison des fraises. Pour ce qui est du troupeau de bovins de boucherie, celui-ci est gardé uniquement pour la production du fumier utile à la fertilisation vu sa faible rentabilité. Le fumier est mélangé à beaucoup de litière composée de paille et de copeaux de bois pour produire du compost qui sera vieilli pendant un an. Ce compost constitue le principal élément de fertilisation pour les cultures maraîchères. À noter que d’un point de vue environnemental, les engrais naturels comme le compost de fumier sont un atout puisqu’il favorise la présence d’une plus grande quantité de matière organique qui favorise la réduction du lessivage dans les cours d’eau des éléments nutritifs, tels que le phosphore et l’azote tout en prévenant l’érosion des sols.

 

kiosque-devantAu cours de l’année 2000, les producteurs construisent un kiosque à proximité du rang St-Ange. Celui-ci devient le principal point de vente des produits de l’entreprise. De plus, tout est mis en œuvre pour rendre agréable et intéressante la visite au kiosque de la ferme des Fiset. Ainsi, dans un cadre attrayant et pittoresque, la clientèle peut y retrouver de l’information disponible sur les diverses productions. En 2001, les propriétaires de la ferme arrivent au consensus que leur production devrait davantage être diversifiée et mettent en place la culture du bleuet. La saison productive des bleuets se situe dans le temps à la suite de la période des fraises. Les années suivant leur plantation, les fleurs des plants de bleuets sont sectionnées afin de favoriser la croissance de celui-ci. C’est donc seulement à l’été 2004 que les plants de bleuets ont produit suffisamment pour la vente qui se fait surtout par la libre cueillette et un peu par la vente au kiosque.

 

profileL’entreprise exploite aujourd’hui une plus grande surface qu’à ses débuts par l’achat de terres voisines et la location de lots supplémentaires. Or, il n’est maintenant plus question de s’étendre davantage. Présentement, le but est de maintenir et d’améliorer les acquis afin d’offrir d’année en année des produits savoureux et de qualité supérieure.